MANDALAY / HPA-AN / MAWLAMYINE

Salut les pipistrelles!

« Quoi? Ces flemmards ne font même plus un article par région visitée? Ya du laisser aller… » Vous croyez qu’on ne vous entend pas hein?

Mais bon, on a des circonstances atténuantes. Ces trois villes et leurs alentours, bien que sympathiques, auraient fait de bien courts articles. Alors on regroupe! C’est pour ne pas vous ennuyer (non non, rien à voir avec le fait qu’on lézarde actuellement à la plage et qu’on a la flemme, vous nous prenez pour qui ??).

Mandalay est le point le plus au nord qu’on visitera au Myanmar, quand Hpa-An et Mawlamyine (celui qui prononce juste du premier coup gagne un billet pour nous rejoindre) sont les plus au sud.

Et donc, pour commencer, on débarque à Mandalay après un petit trajet de 5h de rien du tout dans un minibus public, coincés entre nos sacs et une maman et son fils s’endormant contre Sarah. Un vrai trajet comme on les aime ? Pour rappel, on laisse Bagan derrière nous après avoir passé une semaine à arpenter cette merveille.

Mandalay et ses environs

Première envie en débarquant dans cette grande ville en soirée: manger! Mais on se rend rapidement à l’évidence: les restos, c’est pas le fort du coin! Et le peu qui semblent potables sont trop loin de notre hôtel. On finit quand même par dénicher une petite gargote pour manger des nouilles pas bonnes… Ca commence bien!

Découverte de la ville

Le lendemain matin, on loue un scooter pour visiter la ville et quelques uns de ses points d’intérêt. On commence par grimper sur la Mandalay Hill, qui paraît-il dispose d’un joli point de vue sur la ville.


On monte donc les quelques centaines de marches – heureusement couvertes car ça tape fort – qui permettent de rejoindre le sommet, où se situe, on vous le donne en mille, une pagode! Les birmans sont de très fervents bouddhistes, et on n’a jamais vu un pays avec autant de temples et de pagodes. Il y en a tout simplement partout! C’est depuis cette pagode qu’on peut admirer la vue sur Mandalay, qui, on doit bien l’avouer, n’a rien de fou fou.

En redescendant, on visite le monastère Shwenandaw. Il est tout en teck, et les détails sculptés de ses décors sont vraiment impressionnants.

U Bein Bridge

En fin de journée, c’est en direction du célèbre Pont d’U Bein qu’on se dirige. Ce n’est ni plus moins que le plus grand pont en teck du monde, et c’est l’attraction la plus courue de la région, surtout au moment du coucher du soleil. Les photos qu’on en a vues nous ont alléchées. En arrivant, on est un peu déçus. Le pont n’a rien de dingue: il est décrepi, et surtout, il y a des tonnes de déchets en dessous, sur l’herbe et sur le petit lac qu’il traverse. Une fois de plus, on est attristés par le manque d’entretien et de préservation des lieux en Asie…

Mais qu’à cela ne tienne, on grimpe quand même sur le pont et on le traverse. Au milieu, on emprunte des escaliers qui mènent à un petit bar-point de vue en-dessous du pont. C’est là qu’on s’installe pour attendre le coucher du soleil. En contre-jour, le paysage devient tout à coup beaucoup plus joli, et le Pont d’U Bien remonte un peu dans notre estime. On assiste à un magnifique coucher de soleil, une petite bière à la main. On pourrait être plus mal ?

Inwa

Le lendemain, on s’enfile 30 km en scooter pour nous rendre au village d’Inwa. La région de Mandalay regroupe les anciennes capitales royales, et ce village en fait partie. On se balade dans la campagne sur le dos de notre fidèle monture, et on en profite pour visiter le monastère de Bagaya, tout de teck fabriqué lui aussi (décidément, c’est une mode dans le coin).

On repart déjà le lendemain de Mandalay. La région ne nous laisse pas un souvenir impérissable. Honnêtement, on aurait pu se passer de cette étape… Direction maintenant le sud du pays, en commençant par Hpa-An!

Hpa-An 

C’est frais comme des gardons qu’on débarque à Hpa-An, après 14h passées dans un bus de nuit pas du tout VIP. Mais bon, on commence à avoir l’habitude, et on a dormi comme des bébés!

La région de Hpa-An est réputée pour ses montagnes karstiques et ses nombreuses grottes. Et comme à notre habitude, c’est en scooter qu’on choisit de découvrir la région! Les hôtels proposent de faire la visite des principales attractions du coin en une journée en tuk-tuk collectif, mais comme on a le temps, on préfère découvrir tout ça par nous-même en plusieurs jours.

Sadan cave

On commence par nous rendre à cette grotte, perdue au milieu de la campagne. Le chemin y menant  est déjà très joli et vaut le déplacement à lui seul. Une fois à l’intérieur de la grotte, on rigole une fois de plus devant les leds installées pour sublimer Bouddha. C’est d’un kitsch! Mais ça témoigne de l’importance de la religion pour les birmans, et c’est assez touchant de voir le soin tout particulier qu’ils portent à « embellir » leur Bouddha et les lieux où il se tient. D’ailleurs, les familles dépensent des sommes d’argent importantes pour le bouddhisme dans ce pays.

Ce qui fait la beauté de cette grotte, c’est plus sa sortie que son intérieur. En effet, au fond de la grotte, on débouche par une trouée sur la campagne environnante et un petit étang. Et ça claque! On s’offre une petite balade en pirogue sur l’étang pour rejoindre l’entrée de la cave. C’est très bucolique.

Bat cave

En fin de journée, on se met en route pour le lieu qu’on attendait le plus en venant dans le coin: le départ en chasse des chauves-souris. Des centaines de miliers de ces bébêtes quittent leur grotte chaque soir à la même heure, offrant un spectacle hors du commun.

On se poste en hauteur – au pied d’une pagode pour changer – pour attendre les stars du coin. La vue est pas mal pour faire passer l’attente, qu’est-ce que vous en dites?

Et à 17h30, réglées comme des coucous suisses, Batman et ses copines quittent leur nid pour nous offrir le spectacle de leur balai nocturne. C’est juste hallucinant. Pendant 20 à 30 minutes, un flux ininterrompu de chauves-souris sort de la grotte, et fait des dessins dans le ciel visibles à des kilomètres. Aperçu:

 

On ne résiste pas à l’envie de revenir une deuxième fois durant notre séjour pour nous positionner cette fois juste en dessous de la sortie de leur grotte. C’est tout aussi impressionnant. Mais alors, qu’est-ce que ça pue! Dommage, on ne peut pas vous transmettre l’odeur par vidéo…

 

Jardins du Lumbini

Dans la région, il existe une petite montagne, le Mont Zwekabin, au sommet de laquelle se dresse un monastère. Note projet en venant à Hpa-An était d’en faire l’ascension et de passer une nuit dans le monastère. Le destin en aura voulu autrement, car s’il est toujours possible de monter au Mont-Zwekabin, il est désormais interdit d’y passer la nuit après que deux personnes se soient suicidées la-haut. Vous avez dit glauque?

Faire l’aller-retour dans la journée nous tente moyennement, notamment parce qu’il fait déjà 8000 degrés (on exagère à peine) à 8h du matin. Mais on a quand-même envie d’aller voir le coin d’un peu plus près. On s’y rend donc un matin, et on en profite pour se balader dans le Jardin du Lumbini, au pied de la montagne. Ce jardin n’a rien à voir avec un jardin botanique. C’est un jardin de… Bouddhas! Plus de mille Bouddhas sont installés au pied de la montagne, tous parfaitement alignés.

On peut même survoler le tout installé dans un télésiège! On avoue avoir été tentés, mais quand on a réalisé que le câble ne devait pas faire plus de 100 mètres et qu’il fallait payer en plus du droit d’entrée déjà élevé pour avoir le droit d’y faire un tour, on s’est contentés de le prendre en photo…

On grimpe ensuite un petit bout du Mont-Zwekabin, pour redescendre trempés après 45 minutes de marche. Du coup, on ne regrette pas notre décision de ne pas monter!

Kyauk Ka Lat Pagoda

Sur le chemin du retour, on marque un stop pour admirer cette petite pagode se tenant en haut d’un rocher, au milieu d’un petit étang. Joli non?

Après une dernière soirée passée en la sympathique compagnie de Will et Nolwen, deux bretons eux-aussi voyageurs au long cours rencontrés sur un temple à Bagan, on quitte Hpa-An pour nous rendre encore un peu plus au sud, à Mawlamyine.

Mawlamyine

Seules 2 petites heures de bus nous seront nécessaires pour rejoindre cette petite ville. C’est déjà notre dernière étape dans ce merveilleux pays!

Notre auberge étant un peu excentrée, on demande à notre hôte de nous appeler un taxi pour aller souper.

 » – Ca tombe bien, cet homme-là est conducteur de taxi! »

Nous répond-il en nous présentant le type avec qui il est entrain de papoter. On suit donc ce monsieur jusqu’à sa voiture. Enfin, c’est ce qu’on croyait. Maintenant, imaginez nos têtes quand le monsieur en question monte sur son scooter et nous invite à grimper à l’arrière… On éclate de rire! Bien sûr, en Asie, on croise tout le temps des scooters montés par des familles entières, mais on n’avait encore jamais rencontré de taxi driver qui nous propose de faire de même. C’est donc de bonne grâce qu’on se plie à la coutume et qu’on file en ville, à trois sur le scooter (si si maman, on avait des casques, hum…) Le lendemain, on réitérera l’exploit, à quatre cette fois-ci!

La ville de Mawlamyine n’a rien d’incroyable, mais si on est venu dans le coin ce n’est pas pour acheter un appartement. A un trentaine de kilomètres se « cache » en effet le plus grand Bouddha couché du monde!

Il est effectivement assez impressionnant: il mesure 180 mètres tout de même! On peut même en visiter l’intérieur, où sont exposés des scènes de la vie du Bouddha.

Tout en sobriété

On prend un peu de hauteur pour pleinement prendre la mesure de sa taille et l’admirer dans son environnement

C’est tout ce qu’on verra de la région, une méchante intoxication alimentaire nous clouant au lit le jour suivant. On vous passe les détails du bus de nuit pour rejoindre Yangon et notre avion à prendre le lendemain. Très glamour tout ça!

Le Myanmar, c’est déjà fini

C’est sur cette note peu ragoutante que se termine notre mois au Myanmar. Ce pays a été un énorme coup de coeur pour nous. Malgré la période trouble que vit le pays actuellement, on y a rencontré des habitants au coeur énorme, un sourire permanent dessiné sur les lèvres. Partout, nous avons été accueillis à bras ouverts, avec simplicité, gentillesse et ouverture. Le peu de Birmans avec qui nous avons osé aborder les sujets qui fâchent portent un regard clairvoyant et critique sur ce qui se passe dans l’Etat Rhakine, malgré la propagande bien huilée de l’armée et du gouvernement.

Pour ne rien gâcher, nous avons découvert des paysages à couper le souffle, et des modes de vie traditionnels préservés dans les campagnes. On a tout de même pu constater que la modernité s’invite par touches – parfois insolites – dans ces régions campagnardes.

Enfin, le patrimoine culturel et historique de ce pays est fascinant, notamment grâce à Bagan et sa beauté époustouflante.

C’est quoi la suite?

On s’envole pour le troisième pays de ce voyage: la Thailande! Après une courte étape à Bangkok, on a prévu de se rendre à Koh Chang, une ile où nous attendent de nouvelles retrouvailles ?

A bientôt les copains!

4 Comments

  1. Hello les Robinsons vous avez bien fêté la nouvelle année ? Toute la famille vous la souhaite heureuse et encore pleine de belles découvertes comme celles que vous nous faites partager! Soyez heureux et…vivement la suite. Gros bisous

    • Le monde autour

      Merci les Parietti, une bonne année à vous! On a bien passé le cap, heureux d’être invités à partager la fête d’un groupe de laotiens, et d’être entourés par la soeur d’Arnaud et son copain. Plein de bisous à tous

  2. Tonton Alain et Tata Christine

    Salut les voyageurs!
    Bonne année 2018 pleines de découvertes et d’heureuses surprises.
    Premier vendredi de l’année avec une exception pour l’apéro accompagnant la lecture de vos récits : pas de Bleue mais un cidre brut breton.
    Santé à vous et bonne suite en 2018.
    Bisous.
    Alain et Christine

    • Le monde autour

      Salut les vacanciers au long cours!
      Bonne année 2018 et que vos recherches de la perle à Saint-Luc soient fructueuses! Excellente alternative, on valide le cidre!
      Bisous à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.