NORD-OUEST

Salut les lions de mer!

Après avoir passé deux semaines sur la côte sud, on continue notre découverte de l’ouest australien. On remonte au nord de Perth pour prendre la route grimpant jusqu’à Exmouth. On va s’arrêter à certains endroits en montant, puis à d’autres en redescendant, puisqu’on doit ramener notre bus à Perth à la fin de notre périple.

A gauche, en montant/ A droite, en descendant

On constate très vite un radical changement de décor avec le sud. C’est moins vert, beaucoup plus désertique, plus chaud aussi. Et la route est hallucinante: on enchaine les lignes droites de plusieurs dizaines de kilomètres parfois, au milieu de rien! Le volant serait presque inutile dans le coin… Notre seule occupation pour se tenir éveillés est de faire coucou aux rares véhicules qu’on croise (et de maudire sur trois générations les malheureux qui ne nous rendent pas notre salut).

On s’amuse comme on peut sur les routes

Désert des Pinnacles

Premier arrêt dans cet incontournable du nord de Perth. Ce désert est parsemé de formations géologiques calcaires, les pinnacles justement. C’est très sympa de s’y balader.

Shark Bay

Second stop sur la péninsule de Shark Bay, qui vaut bien les 100 kilomètres de détour à faire pour l’atteindre. La plupart des visiteurs se rendent ici pour assister au spectacle du nourrissage des dauphins (en liberté) sur la plage de Monkey Mia. On passera notre chemin, car même si les choses semblent être faites dans le respect des cétacés, on a du mal à comprendre l’intérêt étant donné qu’ils n’ont absolument pas besoin de cet apport en nourriture…

Du coup, on part à la découverte des autres joyaux de la péninsule, parce que ce n’est pas ce qui manque!

Shell beach

Cette plage est l’une des rares au monde à être constituée exclusivement de petits coquillages, et l’épaisseur n’est pas des moindres. On ne s’y attarde pas pour autant. C’est qu’il faut quand même qu’on vous avoue que pendant que vous subissez le froid sibérien, nous on subit l’été australien. Ca monte tranquillement à 40°, et le soleil te brûle avant que t’aies compris que t’aurais dû acheter la crème solaire 50.

Eagle bluff

Eagle bluff est un point de vue surplombant la côte. L’intérêt de cet endroit, outre la vue qui est sublimissime, c’est qu’en contrebas, on peut y observer des requins, des raies, voir même des dugongs pour les chanceux. On confirme que ça pullule en effet de requins et de raies, mais c’est qui qui a renvoyé les jumelles en Suisse parce qu’elles étaient trop lourdes dans le sac? On se contente donc de les regarder de loin…

Les stromatolites

Dernière – mais pas des moindres – visite sur Shark Bay, les stromatolites. C’est ces dernières qui ont permis la vie sur terre. Si vous voulez savoir comment, on vous laisse chercher sur internet parce que c’est relou à expliquer ?. En tout cas, on tombe sous le charme de ce lieu magnifique, et on trouve très poétique que ce soit un endroit aussi merveilleux qui ait vu les premières formes de vie apparaître sur terre.

Exmouth et le Cape Range National Park

Voilà ce qu’on attendait le plus de notre passage dans le nord-ouest australien: la Ningaloo Coast. Pourquoi? Des plages de rêve, du snorkeling avec des requins, un canyon abritant des wallabys, et tout ça dans un environnement sauvage et protégé.

On ne vous a pas encore parlé des campings dans les parcs nationaux australiens. C’est les endroits où l’on préfère passer la nuit, car ils se situent dans des environnements très sauvages. Ils disposent de toilettes chimiques et c’est tout: pas d’eau, pas de douche, pas de cuisine, ce qui fait qu’ils sont peu fréquentés et très peu chers!

Dans le Cape Range national park, en pleine saison, il faut apparemment réserver sa place de camping bien en avance, mais ça tombe bien, on est au plus bas de la basse saison. On se rend dans le dernier camping accessible en deux roues motrices tout au fond du parc. Le campement propose 10 places, mais on sera absolument seuls notre première nuit, en compagnie tout de même de nos amis les kangourous, l’océan indien en fond sonore et la voie lactée pour vue. On vous a déjà dit qu’on adorait l’Australie?

Yardie Creek

C’est avec le lever du soleil qu’on part explorer ce petit canyon, à pied depuis le campement. Il s’agit d’un petit bras de mer serpentant entre deux parois rocheuses. On adore le contraste entre l’orangé de la roche et le bleu de la mer. L’avantage de s’y rendre à l’aube, c’est que les wallabys sont de sortie. Il faut bien les chercher pour les repérer, car contrairement à leurs cousins les kangourous, ils sont très timides.

Snorkeling

Si ce parc national est un must, c’est avant tout pour son abondante faune sous-marine. On peut y faire du snorkeling directement en partant de la plage, et c’est impressionnant la diversité de poissons se trouvant si près du bord! Plusieurs sortes de raies, poissons-perroquets, poissons-anges, poissons-clowns, poissons-papillons, poissons-coffres, etc. On a même le plaisir de tomber nez à nez avec un beau requin des récifs!

Si si, c’est bien un requin qui se sauve là au fond!

Carnarvon et les Blowholes

La petite bourgade de Carnarvon n’a pas grand intérêt. Mais elle a l’avantage de disposer d’un joli camping avec piscine, ce qui représente un stop agréable dans la longue ligne droite pour le nord, et surtout de se situer proche des blowholes. On s’y arrêtera donc à la montée, et à la descente.

On y fait la connaissance de Jessica et Pierre, deux français qui bossent dans le coin, et c’est avec eux qu’on part pour une sympathique après-midi snorkeling et « blowholes ».

Bon, mais alors c’est quoi ces blowholes? Ce sont des trous dans les rochers côtiers, qui dans certaines conditions soufflent de l’eau, comme des geysers. Cet endroit vaut le coup d’oeil, ne serait-ce que pour la vue qu’on a depuis-là.

Kalbarri National Park

Encore un parc national? Et oui, à croire que ce pays n’est fait que de ça, pour notre plus grand bonheur et celui de mère nature. Kalbarri est divisé en deux sections: l’intérieur des terres et la côte. De nombreux points de vues et balades sont proposés. On commence notre visite par l’intérieur des terres, où on part pour une balade d’une dizaine de kilomètres.

Enfin, ça c’était l’idée. C’est qu’on n’a pas encore évoqué le fléau de l’Australie. Les serpents? Non. Les mygales? Non plus. Le soleil brulant alors? Toujours pas. Le vrai fléau de ce pays, c’est les mouches! Si si, vous avez bien lu! Ces mouches sont des suppôts de satan, cherchant par tous les moyens à entrer dans les yeux et tous les orifices de la tête. Une horreur, sans exagérer! Et Kalbarri en est tout simplement infesté, en tout cas à notre passage. Impossible de marcher 5 minutes sans devenir fou. Alors 10 kilomètres, ça aurait été le rapatriement d’urgence direct avec séjour longue durée à Belle-Idée à la clé (Bellelay pour les jurassiens)!

Trop peu de moyens pour lutter

Du coup, au lieu d’une jolie balade, on se contente de se rendre de point de vue en point de vue en bus. A l’australienne quoi. C’est très beau, ce qui nous frustre encore un peu plus de n’avoir pas pu en voir davantage!

En quittant le parc, on s’arrête aux points de vues longeant la côte. Malgré notre filet contre les mouches acheté la veille, on ne pourra à nouveau pas les rejoindre à la marche. Le filet ne suffit pas à déjouer les plans machiavéliques de ces mouches surentrainées.

Interdiction de rigoler

Geraldton

En redescendant la côte, on s’arrête dans la ville de Geraldton. On est gentiment invités à passer la soirée et la nuit chez Micha et Virginie, deux Suisses installés ici depuis une dizaine d’années. C’est Alex qu’on a rencontré en Issan, à PIMALI, qui nous a mis en contact avec Micha qu’il connait.

Pink Lake au nord de Geraldton

Jurien Bay

Voilà notre gros must de la Turquoise coast. Et ce n’est pas pour la beauté de l’eau qu’on a adoré cet endroit, mais pour les habitants peuplant un îlot proche de la côte: les otaries! On attendait cette rencontre avec impatience, mais elle se mérite: comme on tombe sur un weekend prolongé, il y a du monde partout et on est forcés d’attendre deux jours pour aller rencontrer les stars du coin. Voyons les choses du bon côté, sans cette attente forcée on n’aurait pas eu la chance de participer à un enterrement de vie de garçon en compagnie de nos voisins d’emplacement bien avinés ?!

Bref, le jour J, on part tout au matin avec Kane de Turquoise Safari, qui propose des journées de pêche ou de snorkeling avec les otaries. On fonce sur l’océan d’huile, en marquant un petit stop pour relever les pièges à poulpes préalablement posés par Kane. Il en sort un, qui cherche par tous les moyens à rejoindre l’eau. Coup de chance pour lui, il ne finira pas en carpaccio, étant trop petit, il est rejeté à la mer.

Quelques minutes plus tard, on ralentit en s’approchant d’un petit îlot, où de drôles de rochers se mettent à bouger à notre approche. Ca y est les voilà, les otaries tant attendues! Allez hop, on se jette à l’eau! A peine le temps d’enfiler masque et tuba que les voilà se ruant vers nous. Précision importante: elles ne sont pas nourries pour l’occasion, mais adorent jouer avec les humains. Et c’est rien de le dire! Et vas-y que je te passe dessous, et que je te tourne autour, et que je fais des bonds hors de l’eau. On doit bien souvent s’éloigner pour ne pas les toucher – au risque de se faire pincer. C’est irréel, magique, incroyable. On n’aurait jamais cru qu’elles nous approcheraient d’aussi près, encore moins qu’elles viendraient jouer avec nous. Elles sont très douces les unes avec les autres, se faisant des bisous et des câlins sans arrêt. Et leur regard… tout simplement bouleversant! Sarah en rigole tellement toute seule qu’elle en a de l’eau plein le masque ?

Yanchep National Park

On termine notre escapade australienne par ce petit parc national juste au nord de Perth, blindé… de kangourous! On en profite pour crever un pneu, ben oui, ça aurait été dommage de ne pas profiter de l’assurance qu’on a payée ?

On peut également y voir des koalas, mais pas en liberté malheureusement. Pour ça, il faut aller dans le sud du pays! On trouve un peu étrange de priver des animaux de leur liberté dans un parc national, mais il faut bien avouer qu’ils ne doivent pas y voir une grande différence, étant donné qu’ils dorment 20h par jour…

 L’Australie, c’est déjà fini

Et oui, n’ayant pas prévu en avance de passer par ce pays, on doit se contenter des 6 semaines de trou dont on disposait entre l’Asie et la Nouvelle-Zélande, où on a déjà réservé un véhicule. En 36 jours de road trip, on a parcouru 6200 km!

On avoue qu’on aurait bien aimé avoir plus de temps ici, et découvrir le pays de long en large, mais il nous aurait fallu une année entière pour ça! Petit bémol tout de même: si tout ce qu’on a vu était magnifique, on a dû renoncer à bien des endroits inaccessibles en deux roues motrices. Alors si on a la chance de revenir en Australie, ça sera en 4X4!

Une chose est sûre, c’est qu’on ne regrette pas ce passage imprévu par l’ouest australien. On a été totalement bluffés par la nature et aussi la qualité de vie dans le pays. Pas de stress, de la place et du boulot pour tout le monde… Dommage que ça soit si loin de la maison ?

C’est quoi la suite?

Mais pas de quoi se lamenter: départ pour Christchurch, sur l’ile sud de la Nouvelle-Zélande, où nous attend un autre van. Changement de paysages, changement de faune, changement de température! On se réjouit de retrouver les montagnes et nos chaussures de marche!

A bientôt chez les kiwis!

8 Comments

  1. Tonton Alain et Tata Christine

    Salut les kiwis
    On vous lit avec la bleue sauf qu’ aujourd’ hui c’ est samedi pour cause de rentrée de vacances. Bon! Avec vos magnifiques images de mer bleue et de ciels sans nuages vous nous feriez presque envie.! Parce qu’ ici il fait moche gris et pluvieux.comme si le printemps avait de la peine à venir.
    L’avantage de la chose c’ est 3 semaines de mètres de neige poudreuse à Saint- Luc.
    On attend toujours vos récits avec impatience et on les savoure avec un immense plaisir.
    Portez-vous bien.
    A tantôt. Grosses bises

    • Le monde autour

      Ouhhh la poudreuse à St-Luc, ça nous fait bien envie aussi ça! On a bien pensé à vous, on aurait bien aimé être parmi vous le temps d’une journée atelier sandwich/ski/enchainement de spots ? Merci pour vos messages ça nous fait trop plaisir 🙂 Bisous

  2. Coucou les Robinsons ! Trop cool l’Australie …Anaïs a adoré la vidéo avec Sarah et les otaries ?et merci de nous faire partager tous ces beaux moments ! On attend la suite de vos aventures avec toujours autant de plaisir ! Gros becs à vous deux .

    • Le monde autour

      Anaïs aurait adoré nager avec les otaries :)! Gros bec à elle, son frère et son cousin d’ailleurs ? Merci à vous de nous suivre et de vos messages ça nous motive à continuer! Grosse bise

  3. Cecilia

    Mais ça a l’air incroyable! Vous me donnez envie d’aller en Australie!!! Et les otaries, hoooo les otaries ? J’espère que vous avez prévu un passage par les Galapagos ?
    Des bisous aussies! Pleins d’amour!

    • Le monde autour

      Mais n’hésite pas, c’est pas très loin en plus ? Pour les Galapagos on verra, on a encore rien prévu pour l’Amérique du sud, tout est possible! Des becs à vous deux les travailleurs haha!

  4. Tonton Alain et Tata Christine

    Bon.
    Déjà vendredi et son spot incontournable!! Saint-Luc est bien loin!!
    Ce soir pas de lecture mais pas d’importance on attend patiemment la suite des événement et on vous fait juste un petit coucou
    Donc coucou et gros bisous
    Christine et Alain

    • Le monde autour

      Merci du message, vous nous avez bien fait rire haha! Coucou à vous, on vous a préparé un peu de lecture! Gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.